12 janvier 2014

Roma, non basta una vita #3

Rome, jour 2

Retour sur un séjour à Rome en juillet 2013

Nous commençons notre journée par la visite de l'amphithéâtre Flavien, plus connu sous le nom de Colisée (Coloseo).

Symbole de la ville éternelle de part sa taille et son architecture, il attire entre 16 000 et 19 000  touristes chaque jour. Nous arrivons vers 9H30 et la queue est déjà impressionnante. Heureusement, le Roma Pass acheté la veille -et que j'active à ce moment là- permet la gratuité mais sert aussi de coupe file.

Le Colisée

Cet immense amphithéatre, dont les ruines permettent de se faire une idée de son antique splendeur, fut commencé par Vespasien en 72 après JC et terminé en 80 par son fils Titus. Les spectables préférés des Romains étaient les jeux du cirque (ludi circenses), jeux qui furent certainement inventés vers la fin de la République dans le but d'alimenter leur esprit guerrier. C'est ce qui donna naissance à la profession des gladiateurs, qui étaient entrainés au combat en sachant que le vaincu serait tué par le vainqueur, tandis que des bêtes féroces en tout genre accroissaient l'horreur du spectacle. Le Colisée pouvait accueillir environ 50 000 spectateurs, ce n'était pas pour autant le plus grand monument conçu pour les spectacles puisque le Circo Maximo pouvait en accueillir 250 000 au IVème s.

 

Intérieur du Colisée

 

Le Colisée

 

En sortant du Colisée nous empruntons la Via dei Fori Romani, qui, depuis 1932, le relie à la piazza Venezia. C'est Mussolini qui fit construire cette large avenue, divisant en deux parties distinctes les forums autrefois unis en un même ensemble. Sur notre gauche le Forum romain (republicain) que nous visiterons le lendemain matin et de part et d'autre différents forums impériaux, les marchés de Trajan et la colonne de Trajan.

La Via dei Fori Imperiali

Dès la fin de la République *, le Forum Romain se montra trop juste et certains empereurs décidérent de bâtir de nouveaux forums (forum de la paix par Vespasien, forum de Nerva par Domitien et Nerva, Forum de César, Forum d'Auguste, Forum de Trajan).

Vue sur le Forum d'Auguste et le temple de mars vengeur depuis la Via dei Fori Imperiali

Les marchés de Trajan étaient les halles de la Rome antique. Grâce aux estampilles retrouvées sur certaines briques de l’édifice, on peut situer sa construction entre 109 et 113 ap. J.-C. Près de 150 boutiques et bureaux répartis sur trois étages -dont plusieurs sont encore debout- occupaient ce vaste complexe et servaient autrefois de centre d'approvisionnement, de répartition et de distribution de produits.

Marchés de Trajan vus depuis la Via dei Fori Imperiali

La colonne de Trajan construite en 113 après JC, célébrait deux campagnes victorieuses contre les Daces, tribus habitant la Roumanie actuelle. Monuments caractéristiques de l'architecture romaine, tout comme les arcs de triomphe, les colonnes comportaient invariablement des frises et des reliefs qui résumaient les scènes marquantes d'une campagne militaire. Ici, les reliefs s'enroulent en une extraordinaire spirale sur 200 mètres de marbre finement ciselé. Ils nous ont beaucoup appris sur l'art militaire et les machines de guerre des romains. A l'intérieur, les 17 tambours de la colonne renferment un escalier creusé dans la pierre. Au sommet, une statue de Saint Pierre fut ajoutée en 1588 par le Pape sixte V, remplaçant celle de Trajan.

Colonne de Trajan et église Santissimo Nome di Maria al Foro Traiano vues de puis le Vittoriano

 

Arrivées piazza Venezia, notre regard se tourne vers un imposant monument de marbre blanc, le Vittoriano.  Construit entre 1885 et 1927 pour commémorer l'unification de l'Italie sous le règne de Victor Emmanuel II de Savoie. Il est dominé par la statue équestre du monarque, bronze doré de 12 mètres de hauteur, placée devant un immense portique. 

Le Vittoriano surnommé

Nous nous apprêtons à accéder à son vaste perron quand nous sommes attirées par un escalier en pente raide sur sa droite.  En haut se trouve l'église de Sainte-Marie d'Aracoelie. 

Le Vittoriano (à gauche), Eglise de Sainte-Marie d'Aracoelie (au milieu), Capitole (à droite)

 

Eglise de Sainte-Marie d'Aracoelie

On prétend que gravir à genoux les 124 marches cet l'escalier menant à la porte principale de l'église peut absoudre un catholique de tout ses péchés. L'intérieur de l'église est richement décoré. L'église comporte trois nefs, divisées par 22 colonnes romaines qui sont toutes différentes les unes des autres car prélevées sur divers bâtiments romains antiques du Forum et du Palatin.

Eglise de Sainte-Marie d'Aracoelie

Eglise de Sainte-Marie d'Aracoelie

Nous repartons ensuite vers le Vittoriano afin d'accéder à sa Terrazza delle Quadrige. La vue sur Rome est superbe. Un ascenseur permet de monter plus haut. Nous sommes tentées mais il faut débourser 7€ par personne et ce n'est pas l'heure idéale, il fait très chaud et la lumière est bien trop crue pour les photos. Ce sera donc pour une prochaine fois.

Vue sur la piazza Venezia depuis le Vittoriano

La terrazza delle Quadrige La terrazza delle Quadrige

Vue sur le Colisée depuis la terrazza delle Quadrige

Nous déjeunons sur la Terrazza. Les salades composées sont à 10€, le prix semble raisonnable mais elles sont surtout composées de salade verte donc pas très nourrissantes !

L'après-midi nous rejoignons les musées du Capitole qui sont à deux pas. Musées d'art et d'archéologie, ce sont les plus anciens musées du monde.  Initiés en 1471 par une donation du pape Sixte IV, les riches collections de ce musées s'étendent de l'antiquité au XVIIIè siècle.  Ce fut Michel-ange eut la charge de réaménager la colline pour y créer un espace digne de la papauté.  Il redessina les façades du Palazzo Senatorio (palais senatorial) et du Palazzo dei Conservatori (palais des Conservateurs) et en créa un troisième le Palazzo Nuovo. Ces trois bâtiments abritent aujourd'hui les collections du Musei Capitolini (musée du Capitole). Il réaménagea aussi la place sur laquelle donnent ces trois Palais et ajouta une majesteuse rampe qui permet d'y accéder.

 J'utilise mon Roma Pass pour une deuxième - et dernière - entrée gratuite. 

Place du Capitole

 

 Melle UnAutreJour est heureuse de pouvoir contempler la louve capitoline déjà vue dans son livre de Latin. Cette louve  associée à la légende de Romulus et Remus et à la fondation de Rome était datée du Vème avant  avant JC. Cependant, sa technique de réalisation à la cire perdue et une datation récente au carbone 14 indiquent que l'oeuvre serait plutôt du milieu du moyen âge...

La louve Capitoline

Nous découvrons aussi  "le tireur d'épine" statue du 1er s. avant JC, puis les impressionants fragments d'une statue en bronze de Constantin du IVè s, et enfin la célèbre statue équestre de Marc-Aurèle (celle sur la place du Capitole est une copie), rare  bronze de la Rome antique qui soit parvenu jusqu'à nous.

 Le tireur d'épine   Fragments de la statue de Constantin

                                           

Nous atteignons le Tabularium érigé au 1er siècle avant JC pour conserver les archives publique. Il relie deux bâtiments du musée la vue sur le forum y est superbe.

Vue sur le Forum romain depuis le Tabularium

C'est dans le Palais Nouveau que nous assistons aux souffrances du fameux Galate mourant, ancienne copie romaine en marbre d'une statue grecque aujourd'hui disparue.

Le Galate mourant, musées du Capitole, Palais Nouveau

 

Palais nouveau, musées du Capitole Palais nouveau, musées du Capitole Palais nouveau, musées du Capitole Palais nouveau, musées du Capitole

Palais nouveau, musées du Capitole Palais nouveau, musées du Capitole

Dans la Pinacothèque, j'admire entre autres deux tableaux du Caravage : Saint Jean Baptiste et la diseuse de bonne aventure (une autre version de ce tableau  se trouve au Louvre), Melle UnAutreJour remarque l'enlèvement des Sabines de Pierre de Cortone (vu aussi dans son livre de latin !)

 La pinacothèque du Nouveau Palais, musées du Capitole

 

 Saint Jean-Baptiste du Caravage, pinacothèque du Capitole      La diseuse de bonne aventure du Caravage, pinacothèque du Capitole L'enlèvement des Sabines de Cortone, pinacothèque du Capitole

A la sortie des musées nous choisissons de retourner à pied vers le Campo dei Fiori. Nous traversons le quartier du Ghetto. Sur la piazza Mattei se trouve la fontaine des tortues, réalisée d'après un projet de Giacomo della Porta à la fin du XVIè s. Bernin y aurait ajouté les tortues en 1658.  Une des cinq portes du Ghetto était située au bout de la Via della Reginella qui commence justement piazza Mattei (les Mattei, importante famille du Moyen Age, avaient le contrôle du Tibre à la hauteur de l'Ile Tibérine, zone qui donnait l'hégémonie sur toute la rive gauche du fleuve).

 Place Mattei, la fontaine aux tortues   Via della Reginella ? 

Synagogue

Synagogue

 

Nous arrivons sur les quais du Tibre à la hauteur de l'île Tiberine.

Ile Tiberine

Après une pause à l'hôtel nous décidons d'aller dîner dans le quartier du Tratevere . Nous traversons donc le Tibre par le ponte Sisto, pont piéton. Nous passons devant l'église de Santa Maria du Trastevere où se déroule une cérémonie. Les portes sont grandes ouvertes et nous apercevons les mosaiques qui font sa réputation (la photo ci-dessous a été prise bien plus tard dans la soirée, quand l'église était fermée). La nuit tombe doucement. Le quartier est animé, les terrasses de restaurant se remplissent.

Ponte Sisto

Le quartier du trastevere

Santa Maria in Trastevere

Piazza di Santa Maria in Trastevere

Le quartier du trastevere 

Nous nous arrêtons à la Pizzeria Dar Poeta, vicolo del Bologna, adresse trouvée dans le guide du Routard. Nous voyons de grandes assiettes de bruschettes qui nous mettent l'eau à la bouche mais nous choisissons chacune une pizza. Après le dîner nous rentrons en flanant et en profitant de l'ambiance du quartier. Lorsque nous retraversons le Ponte Sisto, nous nous arrêtons pour écouter jouer deux jeunes violonistes.

 

* Petit rappel des périodes de l'imperium romanum 

Rome a étendu sa puissance au cours d'une longue période divisée en trois formes de pouvoir

frise

 

Mots Clés Jour 2 : Colisée, Via dei Fori Romani, Marché Trajan, colonne Trajan, Place/musées du Capitole, Ghetto, île Tiberine, Trastevere, Santa Maria in Trastevere.

Posté par alienor à 21:47 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,


11 janvier 2014

Roma, non basta una vita #2

Comme promis voici le récit de notre voyage à Rome

Rome, jour 1 

Retour sur un séjour à Rome en juillet 2013

Notre chambre disposant d'une kitchenette et d'un mini-frigo, nous commençons notre première journée par quelques courses alimentaires sur le Campo dei Fiori. Le marché, installé chaque jour jusque vers 13h, est assez touristique (stands de souvenirs, beaucoup d'huiles d'olive et vinaigres, quelques vêtements et chapeaux...) mais il y a aussi des fruits, des légumes, des fleurs... Sur la place un très bon charcutier et une belle boulangerie, Forno Campo dei Fiori, signalée comme la meilleur du quartier dans mon guide de voyage. Je n'ai pas tout gouté mais le pain et les biscuits vendus au kilo sont délicieux.

Charcutier sur la place Campo dei Fiori

Marché Campo dei Fiori

Marché Campo dei Fiori

Une fois nos courses déposées à l'hôtel, nous nous dirigeons vers la place Navone. J'ai très envie de revoir de jour la fontaine des quatre fleuves du Bernin, fontaine qui rappelle les fêtes nautiques qui étaient organisées au XVIè siècle sur la place. Lors de ma première et - jusque là unique -  visite à Rome, il y a 17 ans j'avais été séduite par cet endroit. Nous sommes à pied , il nous faut peu de temps pour rejoindre la place et, à nouveau, le charme opère !

Piazza Navona 

Détail, Le Gange, fontaine des 4 fleuves du Bernin, piazza Navona

 

Nous  visitons quelques unes des nombreuses églises avoisinantes :

  • Sant' Agnese in Agone, réalisée par Boromini. Elle fut construite sur le lieu où la sainte, exposée nue, aurait été recouverte miraculeusement par ses cheveux.

Sant'Agnese in Agone

Sant'Agnese in Agone

 

  • Saint-Louis-des-Français où l'on peut admirer dans la chapelle Contarelli, trois tableaux  évoquant la vie de Saint Matthieu réalisés par un de mes peintres préférés Le Caravage. On perçoit le caractère français dès la façade - de Giacomo della Porta - où l'on trouve la salamandre de François 1er.

Saint Louis des Français

 

La vocation de Saint Matthieu du Caravage

rome1 029Saint Matthieu et l'ange - Le martyre de Saint Matthieu

Salamandre de François 1er sur la façade de l'église Saint-Louis-des-Français

 

  • Sant Agostino et sa fresque du prophète Isaïe de Raphaël. Elle abrite aussi la Madonne aux pélerins du Caravage. Est-ce parce que l'église était en travaux que je n'ai pas vu ce tableau ?

Sant Agostino 

Sant Agostino

 Fresque du prophète Isaïe de Raphaël

 

  • Santa Maria Sopra Minerva qui abrite la sépulture du peintre Fra Angelico

Santa Maria Sopra Minerva

 

Nous arrivons enfin sur la piazza delle Rotonda où s'élève le Panthéon. 

 PIazza della Rotonda

Piazza della Rotonda, le Pantheon

Le Panthéon supporte la plus grande coupole de toute l'Antiquité  (43,3 m de diamètre à l'intérieur), qui reste la plus grande du monde en béton non armé. C'est impressionnant.

Coupole du Panthéon 

Le Pantheon

Après une pause déjeuner, nous nous présentons à 15h devant le palais Farnèse pour une visite guidée. C'est l'association inventer Rome qui gère l'organisation des visites. Le parcours permet de découvrir l'Atrium de Sangallo, le cortile, le jardin, le salon d'Hercule, la galerie des Carrache. Cette dernière est supposée être en travaux mais coup de chance, ils ne sont pas commencés. Cette galerie est un véritable chef d'oeuvre. Par endroit, le trompe l'oeil est tellement réussi que je n'arrive pas à imaginer qu'il n'y a en fait aucun  relief ! J'ai apprécié les commentaires de la guide et même si l'on ne peut voir qu'une petite partie du Palais (c'est avant tout une ambassade !) la visite d'environ une heure vaut le coup. A mon grand regret les photos sont interdites.

En sortant du Palais nous prenons la direction de la Via del Corso. Sur le chemin arrêt dans l'église del Gesu. Le hasard a voulu que nous arrivions à 17h30, heure à laquelle se déroule tous les jours spectacle :  nous assistons à un étrange "son et lumière" autour de l'autel de Saint Ignace de Loyola qui raconte la vie du Saint et qui se termine en dévoilant la statue de Saint Ignace dissimulée derrière un tableau. Surprenant !

Rome1 123

Rome1 126

Rome1 130

Abaissement du tableau qui dissimule la statue

Au plafond une fresque du XVIIème en trompe l'oeil de Baccicia représentant le triomphe du nom de Jésus. Un miroir installé au sol permet de l'observer sans se tordre le cou !

Rome1 132

 

Le temps est très lourd, il se met à pleuvoir. Nous repartons vers la Piazza Venezia, puis nous flânons via del corso, Via Condotti, Piazza di Spagna.

Piazza Venezia

Piazza di Spagna

Via Condotti

Piazza Colonna (donne sur la via condotti)

 

 

 

 

 


Agrandir le plan

 

Après cette journée bien remplie, nous rentrons dîner à l'hôtel et nous nous endormons sans tarder.

 

 Mots clés Jour 1: Campo de' Fiori, Piazza Navona, Sant Agnese in Agone, Saint Louis des Français, Sant Agostino, Santa Maria Sopra Minerva, Pantheon, Palais Farnèse, eglise del Gesu, Piazza Venezia, Via del Corso, Via Condotti, Piazza di Spagna 

Posté par alienor à 23:37 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

Roma, non basta une vita #1

Retour sur un séjour à Rome en juillet 2013

Un dicton Romain dit "Rome, une vie ne suffit pas". Et dire qu'avec Melle UnAutreJour nous ne sommes restées que de 5 jours dans la ville éternelle !

C'était l'été dernier et je m'étais promis de faire un petit récapitulatif ici de notre séjour. Hélas, le temps a passé et le seul billet commencé à ce sujet est resté au stade de brouillon.. 

Alors, en ce début d'année je vais essayer de rattraper le retard pris en 2013.

Arrivées à Rome un dimanche soir de juillet, nous en sommes reparties le samedi matin suivant. Nous avons donc eu 5 jours pleins sur place. Nous logions à l'hôtel dans le centre, près du Campo dei Fiori.

Il a fait beau tout notre séjour mais le temps était lourd et le jour de notre arrivée ainsi que les trois journées suivantes il a plu en fin d'après-midi.

Le premier soir nous avons dîné près du Palais Farnèse à la Osteria La Quercia, piazza della Quercia. Le cadre était agréable, l'accueil plutôt distant et la note un peu élevée.

Le centre de Rome, la nuit 

Ensuite, nous avons fait un tour sur le Campo dei Fiori très animé le soir : restaurants, glaciers et même quelques boutiques ouvertes la nuit.

Piazza dei Fiori la nuit

Puis, nous avons poussé jusqu'à la place Navone qui, finalement, était plus près que je ne le pensais de notre hôtel.

Fontaine des 4 fleuves, Piazza Navona

 

Je me bats depuis un moment avec Canalblog sans succès, il n'enregistre pas mes brouillons, il ne charge pas mes photos. Pour ce soir, je capitule. Je reprendrai et terminerai ce post dès que les choses seront rentrées dans l'ordre.

A très bientôt pour un voyage à Rome sous le soleil d'été !

 

 

Posté par alienor à 19:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

05 janvier 2014

Brassière naissance

Je vous avais présenté mon bel écheveau de cachemire ici, mais faute de temps, je n'avais guère avancé la brassière.

Lorsque le bébé est arrivé un peu avant Noël, avec un mois d'avance, et avec un poids inférieur à 3kg, je me suis dit que j'avais eu raison de me lancer dans une taille naissance. Seulement, il me fallait finir avant qu'il ne grandisse trop...

Voilà qui est fait :

_DSC0022

Devant

_DSC0007

Dos

Je suis donc partie d'un modèle Petit Faune de Sylvie Loussier que j'ai adapté  -après moult tâtonnements - à ma laine très fine (aig 2,5). J'ai remplacé les brides du dos par des boutonnières, je trouve cela bien plus joli et pratique.

_DSC0018

Il me reste plus qu'à l'offrir !

Posté par alienor à 17:52 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

01 janvier 2014

2014

Je vous souhaite une belle et douce année 2014

pleine de petits et grands bonheurs.

 

 

_DSC0651

Pour illuster mes voeux, une photo d'une oeuvre de l'artiste C215 prise cet après-midi.

Après avoir terminé l'année 2013 sur deux expositions concernant la Renaissance (dont il faudra que je revienne vous parler ici) nous avons commencé l'année 2014 en faisant un tour à Vitry-sur-Seine, reconnue aujourd'hui comme une des capitales mondiales du street art. Autant vous dire que Melle UnAutreJOur, passionnée par la question,  trouve que l'année a plutôt bien commencé !

Posté par alienor à 22:52 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :


29 décembre 2013

Le retour du troupeau

 Tout comme l'année dernière, des rennes avaient fait leur apparition sur ma table le jour de Noël.

IMG_6236Cette année Mademoiselle UnAutreJour a oeuvré seule. Je sais qu'elle a peiné pour réaliser les bois des rennes en chocolat, mais elle s'en est sortie comme une chef !

 

Posté par alienor à 23:39 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

Recette coques de macarons

La recette que j'ai définitivement adoptée pour les coques de mes macarons est celle de Pierre Hermé à base de meringue italienne.

Pour une quarantaine de coques :

  • 150g de poudre d'amande
  • 150g de sucre glace
  • 2 x 55g de blancs d'oeufs de préférence liquéfiés (1)
  • 150g  de sucre en poudre
  • 37g d'eau minérale
  • 1 pointe de couteau de colorant
  • 1 pincée de sel

Mixez le sucre glace avec la poudre d'amande (afin de ne pas faire chauffer le mélange actionnez plusieurs fois le mode "pulse", plutôt que de faire tourner longtemps)

Tamisez le mélange sucre glace/poudre d'amande.

Diluez le colorant dans 55g de blancs d'oeufs et ajoutez les à la préparation sucre glace/poudre d'amande sans mélanger.

Mettez  le sucre et l'eau à bouillir dans une petite casserole, pour obtenir un sirop, surveillez la température.

Commencer à monter en neige les autres 55g de blancs d'oeufs avec une pincée de sel dans la cuve de votre robot.

Quand les blancs commencent à être montés, le sirop doit atteindre 118°C. Versez ce sirop sur les blancs en continuant à les battre lentement (faire attention à ce que le sirop ne touche pas les fouets). Quand vous avez fini de versez le sirop fouettez plus fort les blancs jusqu'à ce qu'ils forment un bec d'oiseau. Cela devrait prendre 2 à 3mn. Vous avez maintenant une meringue italienne. Attendre que la température redescende à 50°C.

Incorporez cette meringue à la préparation sucre glace/poudre d'amande avec une maryse tout en faisant retomber la pâte. Quand le mélange devient souple (attention il ne doit être ni trop épais car il ne s'étalerait pas suffisamment  sur la plaque et les macarons seraient durs,  ni trop liquide car il s'étalerait trop et ne formerait plus la collerette !).

Verser le mélange dans une poche à douille n°10 et dresser les macarons sur une plaque recouverte de papier sulfurisé. Les ronds de pâtes doivent faire  environ 3,5 cm et être espacés de 2 cm. Pour plus de régularité vous pouvez faire un gabarit et le glisser sous votre papier sulfurisé, mais n'oubliez pas de l'enlever une fois les macarons dressés !

Préchauffez le four à 160°C.

Laisser les macarons "croûter" à température ambiante pendant au moins 30mn (éviter les variations d'humidité  -pas de vapeur, pas de vaisselle-  pendant qu'ils croûtent).

Faites cuire les macarons 12 mn à 160°C en ouvrant rapidement deux fois la porte du four à 8mn et à 10mn. (2)

Sortez les coques du four et glissez-les sur une grille de refroidissement.

  

_DSC0019

Pour une quarantaine de coques au chocolat :

On ajoute, sans mélanger, 40 à 50g de chocolat de couverture noir (j'utilise souvent le Venezuela de Barry) à préparation sucre glace/poudre d'amande/blanc d'oeuf colorant 

 

(1)  si possible séparez le blanc des jaunes quelques jours avants pour qu'ils perdent leur élasticité, stockez les blancs au réfrigérateur.

(2) la température et la durée de cuisson sont à adapter en fonction de votre four.

 

 

Posté par alienor à 00:19 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

26 décembre 2013

En route vers 2014

Les jours qui précèdent Noël  ne sont jamais de tout repos ! Cette année, entre la course aux cadeaux et les préparatifs du repas j'ai un peu perdu pied...

Malgré tout, j'avais décidé qu'il y aurait des macarons au chocolat et à la rose le 25 décembre. Je me suis donc levée à l'aube le 24  pour préparer les coques, puis j'ai réalisé la ganache au chocolat et la garniture à la rose dans la nuit du 24 au 25, vers 2h30 du matin, après le réveillon !

Certes, je n'ai pas beaucoup dormi, mais le jour J, ils étaient prêts.

_DSC0028

 

 

_DSC0014

Posté par alienor à 12:15 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

15 décembre 2013

Décembre qui file

Cela fait un moment que j'ai besoin de souffler.

Impossible.

J'ai manqué de temps pour me reposer et, surtout, j'ai manqué de temps pour m'occuper des courses de Noël. Pire, je n'ai même pas eu le temps de réfléchir à ce qui ferait plaisir aux uns et aux autres. A l'heure qu'il est, je n'ai donc rien à mettre au pied du sapin, ni pour Melle UnAutreJour, ni pour personne.

Dans les jours qui viennent je n'aurai guère loisir de m'occuper de tout cela. Il me faudra donc faire mes achats au tout dernier moment dans l'agitation et la foule. Je me sens defaillir d'avance.

Ce matin, Melle UnAutreJour était dépitée de ne toujours pas avoir de sapin. Son père, peu enthousiasmé à l'idée d'aller chercher l'arbre puis les décorations  à la cave, a tenté de la persuader qu'elle n'en avait plus besoin.

Peine perdue.

Ce soir trône dans mon salon un grand Norman tout de rouge décoré ...

IMG_6171

 N'est-il pas mignon ce petit écureuil qui a atteri dans le sapin ?

 

Posté par alienor à 22:40 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :

29 novembre 2013

Brandade de cabillaud au potiron

Voici une recette proposée par Picard. Je l'ai réalisée en augmentant la quantité potiron (600g au lieu de 400) et surtout en suivant  les modifications suggérées par Valérie sur son blog "C'est ma fournée".

Ingrédients :

  • 600g de cubes de potirons
  • 4 filets de cabillaud
  • 2 à 3 cuillères à soupe d'oignons émincés
  • 30 g de beurre demi-sel
  • 3 brins de romarin
  • 10 cl de crème liquide
  • 3 cuillères à soupe de chapelure
  • 2 cuillères à soupe  de poudre de noisettes .

Faire fondre les 30 g de beurre demi-sel dans une casserole et ajouter les oignons émincés. Les faire fondre quelques minutes sur feu doux.

Ajouter 600 g de cubes de potiron, 3 brins de romarin et laisser mijoter jusqu'à ce que le potiron soit cuit.

Faire cuire les cuire les 4 filets de cabillaud au micro-onde (deux par deux en respectant le temps indiqué sur l'emballage) puis les passer à la poêle 2mn avec une cuillère à soupe d'huile d'olive tout en l'émiettant.

Lorsque le potiron est cuit l'écraser avec un presse purée ou une fourchette et ajouter les 10 cl de crème liquide. Ajouter le cabillaud émietté et mélanger délicatement à la fourchette pour incorporer le poisson sans trop lisser la texture.

Verser cette brandade dans un plat à gratin beurré, parsemer de la chapelure mélangée à la poudre de noisettes.

Faire  dorer au four à 190° pendant 25mn.

J'ai oublié de prendre une photo et maintenant il est trop tard. Le résultat ressemblait terriblement à celui de la photo qui illustre la recette Picard, d'autant plus que je réalise à l'instant que j'avais utilisé le même plat !

Posté par alienor à 23:04 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :